010006

Institut de

aménagement et urbanisme durables, environnement
+33 (0)298 016 124

En quelques mots...

Qui sommes-nous ?

Les illustrations de cette page sont en préparation. Merci de votre patience.

Montage : Brest, Parc d’Éole et rue Jean-Jaurès, 2005

D’où vient ce nom ?

1930 Le terme « geoarchitecture » a, semble-t-il, été créé aux États-Unis pour traiter de géomorphologie et, à partir des années 1930, pour évoquer les grands projets d’aménagement du territoire impliquant de vastes chantiers : barrages, irrigation, etc.
1945 C’est probablement dans cette acception que Le Corbusier a entendu le terme et l’a adopté (Les trois établissements humains, p. 27) lorsqu’il décida d’élargir le champ de ses préoccupations en dépassant largement l’architecture et l’urbanisme. Pour lui, l’aménagement et l’urbanisme nécessitait des compétences multiples alliant les sciences de la nature à celles de l’homme et de la société.
1947 Carl Condit l’utilise à son tour pour évoquer la collaboration des architectes, des ingénieurs et des paysagistes dans des projets de grande ampleur dans l'article « Modern architecture: a new technical-aesthetic synthesis », Journal of aesthetic and art criticism. C’est là que Thomas Munro l’a découvert et adopté pour développer son argumentation dans The arts and their interrelations.
1954 J.-M. Dufrenne traduit livre de Munro : Les arts et leurs relations mutuelles.
1976 Les fondateurs de notre institut repèrent le mot, et considèrent qu'il convient parfaitement au projet pédagogique et scientifique qu'ils viennent de mettre au point : ne pas être soumis à une seule discipline mais, au contraire, en convoquer de nombreuses sans installer de hiérarchie entre elles.

Étudier les divers milieux dans le faisceau des relations complexes qui les associent ; connaître les théories et les méthodes élaborées pour les perpétuer ou les transformer ; analyser les désirs, les sensations et les comportements des individus et des populations confrontés à l’évolution de leur cadre de vie : notre ambition est d’en appeler à toutes les disciplines pour former des professionnels capables de contribuer aux différentes phases de l’aménagement et de la gestion des territoires urbains, ruraux et naturels.

Quelles sont les formations offertes ?

L’Institut de Géoarchitecture est un département de la faculté des Sciences et Techniques de l’Université de Bretagne occidentale. Contrairement à la plupart des départements universitaires, il n’a pas été fondé à partir d’une discipline, mais s’est structuré en vue d’un enseignement professionnel de haut niveau dans les domaines de l’environnement, de l’urbanisme et de l’aménagement. L’Institut délivre une Licence, dont il assure les enseignements de troisième année et un Master professionnel. Ses enseignants-chercheurs encadrent la formation doctorale au travers d’un centre de recherches (Équipe d’accueil 7462). Enfin, à la demande de groupes professionnels, il assure régulièrement des sessions de formation continue. À ce titre, en partenariat avec le lycée Dupuy-de-Lôme, l’Institut conduit le programme pédagogique de la Licence professionnelle « Management environnemental et qualité globale des constructions ».

L’Institut de Géoarchitecture est membre de l’APERAU (Association pour la Promotion de l’Enseignement et de la Recherche en Aménagement et en Urbanisme), et de l’AESOP (Association of European Schools of Planning).

À quels types de métiers préparons-nous ?

L’Institut forme des professionnels capables d’appréhender l’ensemble des problèmes qui se posent dans les multiples séquences de l’acte d’aménager et de bâtir ; rôdés aux façons qu’ils ont de les aborder et de les résoudre ; susceptibles, en outre, de susciter et d’organiser la formulation d’une demande émanant des usagers. Les « géoarchitectes » assument donc la définition, le contrôle et la conduite des opérations d’aménagement ou de gestion territoriale en s’assurant, à chaque stade, que les blocages éventuels entre décideurs, concepteurs, techniciens et usagers ont été réduits.

La modestie des effectifs, volontairement limités à 30 étudiants par promotion (20 dans les options du Master), assure le sérieux et l’efficacité de la formation, notamment au travers des ateliers travaillant par groupes de 7 à 8. Tout en maintenant son caractère d’enseignement universitaire adossé à une équipe de recherche reconnue, elle peut s’ouvrir largement aux apports extérieurs pour faciliter l’insertion des étudiants dans la vie professionnelle. Elle s’appuie également sur un réseau de diplômés très actif dans les différents métiers de l’aménagement et de l’environnement.

Comment l’enseignement est-il organisé ?

L’enseignement dispensé est essentiellement pluridisciplinaire. Son originalité réside dans l’approche tant de la maîtrise d’ouvrage que de la maîtrise d’œuvre, dans l’étude des processus de concertation et dans l’évaluation de l’impact des programmes sur le milieu social et l’environnement. Il fait une large place (environ 30% du temps de formation) à l’intervention de professionnels et de personnalités extérieures à l’Université.

L’acquisition des connaissances est soutenue par l’étude constante de cas concrets au travers de travaux en ateliers, de mémoires et à l’occasion de stages ou de sorties de terrain. Un conseil de perfectionnement, composé de personnalités choisies en raison de leur compétence et de l’intérêt qu’elles portent aux problèmes liés à l’interaction aménagement-environnement et aux enjeux et conflits qui en naissent, garantit la permanence des objectifs et du bien-fondé des moyens mis en œuvre.

0 http://www.geoarchi.net/ajax